Solenopsis duboscqui

(Bernard, 1950)

Ouvrières

Tête des major : longueur 0,62, largeur 0,53 mm. Rapport : 1,17. Tête brun jaune, à gros points, un espace médian lisse. Clypéus à 4 dents très nettes, les internes arquées et tronquées.
L. 1,7-2,2 mm.

   

Mâle

Noir, vertex arrondi, ocelle antérieur distant de sa longueur de la ligne postérieure des yeux. Postpétiole lisse sur les deux tiers antérieurs, strié-ponctué en arrière. Mésonotum long.
L. 4,3-4,5 mm

 

Pyrénées-Orientales : Banyuls-sur-Mer (F. Bernard), assez rare, lieux rocheux, schistes ou calcaire, de 100 à 500 m. Cette espèce, découverte en 1941 en 3 stations, a vainement été cherchée depuis, S. banyulensis étant très dominant partout. Je l'ai dédiée à mon regretté maître 0. Duboscq, directeur honoraire du laboratoire Arago. Par les angles tubercules de l'épi-notum, elle se rapproche particulièrement de formes primitives américaines.

Biologie

Un nid contenait 9 individus du Diapriide commensal Solenopsia imitatrix Wasm., identifié par H. Maneval. Ce Solenopsia paraît exister, mais peu communément, chez tous les Solenopsis de France.

 

Bibliographie :

Les Fourmis d'Europe - Francis Bernard

 

Up

RETOUR