Aphaenogaster splendida

(Roger, 1859)

 

Ouvrières


Tête mate, ridée, notablement allongée, la base arrondie, scape dépassant le bord postérieur de la tête. Pro-mésonotum souvent un peu luisant; épinotum déprimé entre les épines, la dépression s'étendant notablement en avant; épines courtes, très larges à leur base. Pédoncule mat ou peu luisant, nœud du pétiole anguleux. Gastre luisant; corps d'un jaune roux, pattes plus claires, gastre en partie rembruni, pilosité éparse, nulle aux tibias.
Long. 4,4-5,4 mm.


Reines

Tête mate, allongée. Thorax environ de la largeur de la tête, finement ridé longitudinalement, vaguement luisant vers l'avant du mésonotum; épines courtes et assez larges. Pédoncule mat; gastre luisant. Coloration de l'ouvrière mais thorax parfois maculé, pilosité assez courte.
Long. 7,8-8,5 mm.


Mâles

Tête chagrinée vers l'avant, luisante vers la base, élargie des yeux à la base qui est tronquée ou faiblement arquée ; mésonotum .assez luisaut, le profil du scutum dessinant un arc de cercle moins tendu en arrière, scutellum bombé, derrière lui le thorax tombe brus­quement en ligne presque droite jusqu'à une courbe suivie d'une boursouflure assez irrégulière. Pétiole assez luisant. Gastre luisant, orné de longs poils. Corps d'un brun moyen, tête obscure, appendices pâles, ailes à peine lavées de gris jaune.
Long. 4,3-4,8 mm.

 

Marseille. Italie méridionale, Sicile, Afrique septentrionale, Syrie.

Bibliographie

ANNALES DE  LA SOCIÉTÉ ENTOMOLOGIQUE DE FRANGE - LES FOURMIS DE FRANCE ET DE BELGIQUE par J. Bondroit. 1918

 

Up

RETOUR