Messor structor

(Latreille, 1798)

 

Ouvrières minor

Tête un peu allongée, à base à peine courbe, presque tronquée, côtés à peine arqués, distinctement ridée en avant, légère­ment vers l'arrière qui est luisant chez les plus petits exemplaires; sillon frontal nul; clypéus toujours sculpté. Thorax plus ou moins sculpté, faiblement luisant chez les plus petits individus; épinotum inerme, ridé transversalement. Pédoncule plus ou moins sculpté, jamais lisse, à nœud en angle un peu mousse. Gastre lisse ; pilosité haute et assez abondante sur tout le corps ; varie du brun moyen au brun de poix. 
Long, depuis 3,6 mm.

Ouvrières major

Tête un peu transverse, mate, à base tronquée ou à peine échancrée, côtés légèrement arqués, très densement ridée. Thorax mat, ruguleux; épinotum inerme, sa partie dorsale ridée transver­salement. Pédoncule rugueux. Gastre luisant ; pilosité longue et abon­dante ; varie du brun au brun-noir, les appendices et la partie anté­rieure de la tête plus clairs. 
Largeur de la tête : jusqu'à 2,6 mm.
L
ongueur du corps : jusqu'à 8,6 mm.

Le M. structor se distingue des autres espèces françaises par la sculpture forte et dense de la tête, la base de l'antenne développée en un petit lobe, la pilosité abondante.

Reines

Mâle

 

Centre et Midi de la France, à partir de Dijon. Espagne. Les sexués en juillet.

 

Bibliographie

ANNALES DE  LA SOCIÉTÉ ENTOMOLOGIQUE DE FRANGE - LES FOURMIS DE FRANCE ET DE BELGIQUE par J. Bondroit. 1918

 

Up

RETOUR